Comment trouver une auxiliaire de vie ?

Auxiliaire de vie a-domicile.net

L’auxiliaire de vie est une personne ou un groupe d’aidants contribuant au bien-être d’une personne handicapée ou une personne âgée dans sa demeure, en l’aidant à accomplir les tâches quotidiennes qu’elle n’est pas à même d’assurer de manière autonome.

Auxiliaire de vie a-domicile.netPour bénéficier des services d’un auxiliaire de vie, il faut jouir de l’allocation personnalisée d’autonomie, octroyée aux personnes âgées de plus de 60 ans, suivant leur niveau de dépendance. Pour en bénéficier, il faut également jouir de la prestation de compensation du handicap ou percevoir l’allocation compensatrice pour tierce personne.

Pour faire appel aux services d’un auxiliaire de vie, il faut se référer au centre communal d’action social ou au conseil général. Il est aussi envisageable de faire appel à une association d’aide à domicile. Suivant le type de recrutement de l’auxiliaire, la personne concernée assurera ou non les fonctions d’un employeur. Elle peut choisir entre trois formules, à savoir le mode prestataire, le mode mandataire ou encore l’emploi direct. Dans le cadre du mode prestataire, l’auxiliaire de vie est employé au sein d’un organisme d’aide à domicile et facture ses opérations. Pour le mode mandataire, l’auxiliaire est employé par la personne handicapée ou la personne âgée tandis que pour l’emploi direct, l’auxiliaire est engagé par la personne concernée sans passer par le biais d’un organisme.

Des organismes tiers permettent également de trouver l’auxiliaire de vie recherché. Nous recommandons pour ce faire les services de a-domicile.net qui dispense des conseils utiles et permet la mise en relation avec le professionnel agréé que vous recherchez :

http://www.a-domicile.net/

Les massages pour la prévention du mal de dos

Le mal de dos est aujourd’hui qualifié de « mal du siècle ». Nos activités quotidiennes provoquent de nombreuses tensions pour le dos, amplifiées par le stress, le froid ou la fatigue. Il n’est ainsi pas étonnant de savoir que trois quarts des Français souffrent régulièrement ou occasionnellement de mal de dos. Mauvais hygiène de vie, literie, chaise, manque d’étirements… en sont les principales causes. Pour des douleurs brutales et violentes, il convient de consulter rapidement un kinésithérapeute ; mais pour les simples raideurs et blocages, un massage ciblé permet de retrouver son dynamisme et son bien-être. Les massages évitent les tensions, en apportant au corps plus de souplesse et de mobilité.

Le shiatsu

Comme l’acupuncture, ce massage agit sur les méridiens, les canaux d’énergie qui traversent le corps. A la place des aiguilles dans l’acupuncture, le praticien utilise ses pouces pour appliquer des pressions sur les zones ciblées. Tout habillé, le patient est allongé sur une table de massage, permettant au praticien de rechercher les points douloureux sur l’ensemble du corps. Ces points douloureux seront travaillés pour améliorer la circulation de l’énergie, et pour calmer la douleur. Le shiatsu est un bon traitement pour prévenir le mal de dos, puisqu’il agit à deux niveaux : sur la colonne vertébrale sur le méridien de la vessie, et sur les points « shu ». Ces différents points sont reliés à différents organes, et les pressions appliquées par le praticien vont atteindre les organes concernés. Par ailleurs, le travail du shiatsu sur la deuxième branche du méridien de la vessie, agit également sur le plan émotionnel, offrant la possibilité d’élimination des tensions psychologiques.

Voici une vidéo montrant le principe du shiatsu :

L’ostéopathie crânienne

Pour traiter les raideurs et tensions dans le dos, l’ostéopathie crânienne intervient au niveau de la première cervicale, entre le sacrum et l’atlas. Un travail sur cette zone permet d’atténuer les tensions subies par l’enveloppe qui protège tous les nerfs du corps. L’ostéopathe applique des tensions rectifiées sur la zone, avec un toucher très léger, puisqu’un toucher fluide permet d’obtenir de meilleurs résultats. Une séance d’ostéopathie crânienne de 20 à 25 minutes permet de retrouver de la souplesse et de la mobilité physique et psychologique.

Massages Boulevard, l’annuaire des massages classiques, naturistes, érotiques et sensuels, vous propose toute une panoplie d’adresses des meilleurs instituts et établissements de massage sur Paris.

Comment atténuer les crises de boulimie ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERAUne personne boulimique, en consommant une grande quantité d’aliments, désire se débarrasser de fortes émotions, de sa crainte de situations qu’elle ne parvient pas à contrôler. Cette nécessité viscérale de manger traduit un grand mal-être qui ne peut être guéri que par un contrôle thérapeutique et nutritionnel effectué à long terme. Certaines astuces permettent toutefois de diminuer les crises.

 

Quelques conseils pour réduire les crises de boulimies

 

Si vous raffolez d’un plat particulier et que celui-ci est à votre disposition, ne vous en privez pas  car les nutritionnistes l’affirment, plus vous résistez et plus la crise sera sérieuse.

En outre, gardez vos repères : mangez de préférence à l’heure des repas, quand bien même vous venez d’avoir une crise une heure avant et que vous n’avez pas faim.

Aussi, ne restez pas seul. Racontez vos soucis à un proche ou un ami et prenez vos repas en sa compagnie. Vous serez alors plus motivé.

Dressez éventuellement la liste des nourritures susceptibles de générer des crises, en les classant de plus anxiogène au moins redoutable. Mais pensez à réassimiler ces aliments de manière progressive.

N’oubliez pas de boire de l’eau avant et durant vos repas, mais aussi d’utiliser votre corps en prenant une douche ou en vous promenant. Bref, faites en sorte de ne pas vous ennuyer car cela est favorable aux crises de boulimies. Puis planifiez vos journées en y ajoutant des moments de détente, d’exercices, de rencontres et de travail.

 

Des astuces pratiques pour limiter les crises de boulimies

 

Pour réduire les crises de boulimies, certaines techniques issues de recettes de grand-mère peuvent s’avérer efficaces. Prenez par exemple un noyau d’olive puis placez-le sous votre langue et allongez-vous en adoptant une position fœtale, en repliant vos genoux au niveau de votre estomac. Certaines personnes souffrant de boulimie ont déjà essayé cette technique et confirment que celle-ci est bénéfique. L’hypnose peut également aider à se défaire de ses fixations alimentaires. Un tiers des maladies souffrant de troubles alimentaires parviennent à guérir au terme de dix séances.

La malvoyance n’est pas une fatalité

malvoyant-aBon nombre d’individus sont actuellement, dans le cas de malvoyance et pour les aider à surmonter ce problème, il leur faut un soutien moral et surtout financier. Si en votre entourage, vous avez un malvoyant ou que vous en êtes vous-même, sachez que plutôt, la prise en charge, plutôt, la guérison sera rapide et les séquelles ne seront pas trop lourdes.

Si vous êtes atteint de la malvoyance, que faire ?

Dès que vous sentez des signes vision anormaux, la première chose à faire est de consulter un ophtalmologue le plus vite possible, car si vous trainez et que la maladie s’aggrave, sachez que les conséquences peuvent parfois être irréversible et vous risquez de perdre la vue à tout jamais. La maladie précocement détectée sera un salut pour éviter cette malvoyance mais si elle est héréditaire, seuls les médecins sauront quoi faire, mais en tout cas, des mesures médicales seront prises afin de limiter les dégâts. Du côté du financement, les malades atteints de la malvoyance ne devaient pas avoir des soucis à se faire, car l’assurance invalidité ou l’assurance maladie elle-même prendra en charge, une partie du traitement ou même la totalité de cette charge, mais cela dépend surtout du type de l’assurance sollicitée par le malvoyant.

Opération d’une hernie discale : quelle est l’étendue des risques ?

dos12Quand l’hernie discale arrive à un stade où aucun médicament, ni traitement physique n’a d’effet sur la douleur ressentie, la victime doit décider à faire une opération hernie discale, une décision pas facile à prendre. L’hernie discale opération est-elle sans risque ? Est-il possible qu’il y ait des récidives après l’intervention ? Allons voir ça tout de suite.

Mieux comprendre ce qu’est l’hernie discale

Avant d’aller plus loin, il s’avère important de révéler la définition exacte de l’hernie discale. Donc, il s’agit du fruit d’une dégénérescence du disque vertébral. La victime de l’hernie discale souffre alors d’une perte progressive au niveau de la hauteur de l’espace intervertébral.

Tout ceci est la conséquence d’un mini-rétrécissement du canal rachidien contenant ce que les spécialistes appellent l’axe neural. Il faut savoir que chaque étape (disque) dispose de racines nerveuses et lorsque ces dernières sont comprimées, la douleur dorsale survient. C’est à ce moment que l’on reconnait qu’il y a bel et bien une hernie discale qui menace la santé d’une personne.

Comment venir à bout de l’hernie discale ?

Pour mettre définitivement un terme à la souffrance due à l’hernie du disque intervertébral, l’opération chirurgicale est la seule option surtout si la situation devient critique. Cette intervention est très délicate et mérite grande réflexion. Toutefois, c’est sans doute la meilleure option pour soulager la douleur incessante empêchant la victime de poursuite ses activités quotidiennes. L’opération contribue en outre à une optimisation de sa qualité de vie.

Grâce au progrès de la science et de la technologie, il est désormais possible de mener l’opération avec de l’anesthésie locale, et ce, même pour les personnes âgées (moins de 90 ans). Le risque est donc très mince, du moins si l’on agit à temps et si l’on parvient à suivre les recommandations du chirurgien aux doigts et à l’œil.

Il n’y a pas lieu de s’inquiéter puisque l’hernie discale opération est le pain quotidien des chirurgiens spécialisés dans la neurochirurgie !

Comment se manifeste la sciatique ?

La sciatique se manifeste par une douleur insupportable au dos, elle émane d’une irritation des nerfs sciatiques. Les symptômes de la sciatique ne sont pas toujours identiques, mais peuvent varier selon le sujet et l’origine exacte des maux. La zone douloureuse est l’endroit où il y a ce qu’on appelle hernie discale.

Quelques symptômes alarmants de la sciatique

Si vous ressentez une douleur vive le long de l’un de vos deux nerfs sciatiques, c’est peut-être un signe. Cette douleur se concentre surtout d’un seul côté et se propage dans la partie de la fesse, mais aussi la cuisse. En très peu de temps, si vous n’agissez pas, cette douleur peut atteindre le long de votre jambe (droite ou gauche) jusqu’au pied. C’est surtout le bas du dos qui en est la première victime.

La douleur peut être soudaine ou bien constante au fil du temps. On la ressent surtout lorsque l’on se met en position assise et quand on fait des efforts physiques. Par contre, si la sciatique n’est pas encore arrivée à une phase critique, la position couchée peut soulager, mais pas pour longtemps. En tout cas, la victime ne pourra plus bouger de son lit jusqu’à ce qu’une intervention médicale lui est appliquée.

Autre signe de la sciatique, il s’agit de fourmillements suivis d’un lourd engourdissement de la jambe et du pied. Le sujet devient alors de plus en plus faible physiquement. Tous ces symptômes restent typiques dans bien des cas.

Qu’est-ce qui entraine la sciatique ?

On distingue de nombreuses causes de la sciatique par exemple la maladie des os également connue sous l’appellation d’ostéoporose ou bien arthrose. Ces maux des os compriment le nerf sciatique dans la colonne vertébrale et c’est ce qui entraine la douleur. Il y a également le diabète ou la maladie de Lyme qui endommage le nerf.

Si vous remarquez ne serait-ce qu’un de ces symptômes, il vaut mieux prendre rendez-vous chez le docteur au plus vite.